1ère greffe réalisée en Nouvelle-Calédonie

6 décembre 2019

Les patients calédoniens nécessitant une greffe de rein vont désormais pouvoir bénéficier de cette intervention au centre hospitalier territorial (CHT) Gaston-Bourret. Issue du plan Do Kamo, cette mesure doit améliorer la qualité de vie des patients, mais aussi participer à réduire les dépenses de santé.

Avec un arsenal chirurgical ainsi renforcé, le CHT pourra mieux répondre à l’augmentation des cas d’insuffisance rénale chronique terminale (IRCT), souvent conséquente au diabète de type 2. Une maladie grave qui concerne plus 750 personnes*, soit, proportionnellement à la population, trois fois plus qu’en France métropolitaine.

L’IRCT ne se traite que par la greffe de rein ou la dialyse. La première étant à privilégier. Si elle reste une intervention lourde qui nécessite des médicaments antirejet à vie, la greffe offre en effet une nette amélioration de la qualité et de l’espérance de vie des patients, contrairement à la dyalise, contraignante (trois séances de quatre à cinq heures par semaine) et chère.

La prochaine étape pour la population calédonienne est de parler du don d’organe avec ses proches et particulièrement si une personne de son entourage est en insuffisance rénale chronique sévère.

A cette occasion, le Résir et l’AMNC (association médicale de Nouvelle-Calédonie) ont organisé le 4 décembre 2019 une soirée médiale sur la greffe rénale et en particulier celle issue du donneur vivant. La salle était pleine. Merci aux intervenants et participants pour leurs interventions et de l’intérêt porté à ce sujet. Retrouvez bientôt les présentations sur le site du Résir.

Le don d’organe, l’important, c’est d’en parler. Retrouvez toutes les informations sur le site calédonien du don d’organe.